Le plus grand portail francophone de la communauté gs.

Karyn – R 1200 GS Kit Triple Black de surbaissement

Share

Moto : R1200 GS Triple Black (Kit de surbaissement)
Originaire : Rhône
Métier : Maitre de conférences
 
 

Une GirlS de caractère!

Karyn s’approche et du haut de ses 1m58, on ne se doute pas du pilote qui se cache derrière et encore moins de sa monture.. Une passionnée, qui ne recule pas face aux obstacles, là ou beaucoup lui auraient pourtant assurés que « ça n’est pas envisageable »… et pourtant ! Derrière ce bout de femme, on découvre une amoureuse de la moto et un guidon imposant : sa R1200 GS Triple Black.

Karyn nous raconte…

 

 

Presse : Comment tʼes venu la passion de la moto ?

Karyn : Probablement parce que mes parents étaient des amoureux de la moto, (ils sont partis en voyage de noce en Espagne en 1951 !!! avec leur Jawa 350 avec laquelle ils ont fait plus de 100 000 km en 1 an !). Dans les années 60, mon père avait acheté à mes deux frères ainés, une moto pour leurs 18 ans, une Honda 250 et un Jawa 380. J’ai donc baigné très jeune, dans cette ambiance de motards et à mon tour, le virus m’a pris à 16 ans. Je me suis achetée, une 125 Suzuki TS avec laquelle j’ai notamment sillonné tous les chemins de terre autour du petit village bourguignon ou nous habitions!

 

Presse : Quʼest-ce que lʼunivers de la moto représente pour toi ? Ton ressenti en roulant ?

Karyn : Je ne pense pas être très originale en disant que pour moi la moto, c’est la liberté, et l’indépendance!! En effet ayant eu ma première moto (ma 125) à 16 ans 1⁄2, ce moyen de transport m’a permis d’aller et venir à ma guise en toute liberté. Comme j’habitais un petit village très mal desservi par les transports en commun, dès que j’ai eu ma 125 je me suis sentie pousser des ailes et j’avais l’impression que le monde était à portée de mes roues. En plus des trajets quotidiens maison-lycée, je prenais ma moto tous les week-ends pour des balades de plusieurs heures, même l’hiver, et je suis partie en vacances pour 3 semaines sur la côte d’azur en passant par les petites routes; toute une aventure pour une adolescente de 17 ans dans les années 70!!

 

Presse : Quand as-tu obtenu le sésame te permettant enfin de rouler légalement ? Des difficultés pour l’obtenir ?

Karyn : J’ai passé le permis de moto très tard!!! Les études, la vie familiale ont fait que d’autres priorités ont émergées dans ma vie jusqu’à en oublier ma passion pour la moto! Lorsque mes enfants sont devenus autonomes, le besoin de remonter sur une moto est revenue très rapidement et j’ai racheté successivement deux 125. Ne pouvant plus résister au désir de partir en vacances en moto, à 50 ans j’ai décidé de passer mon permis!!

Étonnamment, ce ne sont, ni le code ni le plateau qui m’ont posés des problèmes puisque je les ai obtenus du premier coup. Par contre j’ai eu la ” circu ” seulement à la deuxième présentation, à la grande stupéfaction de mon moniteur qui, à la suite de mon échec, a réussi à me représenter deux semaines après ma première présentation!!!

 

Presse : Ta première moto ?

Karyn : Comme je l’ai précisé plus haut ma première moto c’était une 125 Suzuki TS orange, donc une moto aux allures tout terrain. Pour accentuer son côté TT, j’avais pris celle avec le garde boue avant blanc, placé bien haut et j’avais fait mettre un guidon noir plus large que celui d’origine avec une traverse! Comme j’habitais à la campagne je faisais de nombreuses balades dans les chemins de terre ou dans les bois, c’étaient des moments magiques, à part quand je me trouvais nez a nez avec des chasseurs !

 

Presse : Ta première GS ?

Karyn : Ma première GS a été ma première ” grosse cylindrée ” puisqu’après l’obtention de mon permis j’ai acheté directement la F 650 GS Twin, sur laquelle je lorgnais depuis de nombreux mois avant de me décider à passer ce fameux permis ! C’est une fabuleuse moto : légère, très joueuse et hyper agréable aussi bien en ville que sur les chemins. C’est grâce à elle que je me suis remise à penser aux balades hors bitume!

 

Presse : Pourquoi le choix de la GS ?

Karyn : Je voulais certainement retrouver les sensations que j’éprouvais quand j’avais 17 ans ! Rouler, pas obligatoirement à grande vitesse, mais en étant capable de voir, d’apprécier et d’éviter les obstacles qui pouvaient se trouver sur ma route (chemin), me sentir capable de grimper une ” petite ” colline escarpée. Je ne suis plus aussi téméraire qu’à cette époque mais j’aime avoir l’impression que je me surpasse !! Par conséquent piloter une R1200GS, pour moi qui ne mesure qu’1m58, c’est un sacré challenge mais ce n’est en aucune manière une revanche des “petits”!

 

Presse : Quelle préparation sur la GS ? Et pourquoi?

Karyn : Comme je ne suis pas d’un grand gabarit, j’ai été obligée d’opter pour le kit de surbaissement BMW, avec une selle que j’ai fait retaillée. J’ai pris le modèle R1200GS Triple Black pour les jantes à rayons car mon projet était de participer avec cette monture, à un des rallyes de la trilogie !! En effet après avoir consulté plusieurs sites et forums internet, demandé conseils auprès de plusieurs professionnels dont Eric Massiet du Biest, j’ai pu établir un cahier des charges très précis de ce qu’il me fallait avant de la commander! J’ai été obligée de faire très rapidement, une petite modification fabrication maison! En effet après le premier plein je n’ai pas réussi à mettre la moto droite. La béquille latérale étant très courte, la moto était très penchée et une fois le réservoir plein, je n’avais pas assez de force, lorsque j’étais assise dessus, pour la remettre verticale! J’ai été obligée de la pousser et faire en sorte que la béquille latérale repose sur une partie de la route qui était surélevée! Depuis je me suis fabriquée une extension de béquille latérale à partir d’une règle de maçon, car celles commercialisées ne conviennent pour ma béquille qui est particulière (spécifique pour kit de surbaissement)!

 

Presse : As-tu eu des parents voyageurs ?

Karyn : Mes parents ont fait de très nombreux voyages, que ce soit en moto avant qu’ils aient des enfants, en voiture (avec ou sans caravane) ou encore en camping car. Lorsqu’ils étaient fiancés et jeunes mariés ils partaient le vendredi soir en moto de Lyon et roulaient sans but précis juste pour le plaisir de rouler en moto et ce jusqu’au dimanche soir en oubliant même de dormir, ce qui n’était pas sans danger !! Après avoir eu 4 enfants, ils nous ont fait découvrir tous les pays Scandinaves, la Grande Bretagne, et de nombreux autres pays européens, que ce soit en voiture ou en camping car. À la retraite ils se sont achetés un gros camping car et y ont vécu 10 mois sur 12 jusqu’à la l’âge de 80 ans! Dans cette période de leur vie ils ont sillonné tous les pays Européens y compris les pays Baltes et l’URSS. Ils sont également allés dans les pays du Maghreb ou ils passaient régulièrement l’hiver!

 

Presse : Ton influence de départ ?

Karyn : Depuis que j’ai mon permis de moto, je ne conçois pas de partir en vacances autrement qu’en moto!! C’est quelques fois source de discussion surtout quand nous partons pendant des périodes ou le climat n’est pas propice à la pratique de la moto! Mais nos destinations hivernales sont très souvent en direction du sud et plus précisément la Corse, par conséquent le choix de partir en moto est d’autan plus justifié!!

 

Presse : Quelle préparation pour le voyage ?

Karyn : En prévision du Dundee, pour préparer ma moto, j’ai acheté toute la bagagerie alu (valises et top case) Touratech (Zega pro noir pour rester dans le look triple black), des pare-cylindres, un sabot moteur et sabot de béquille alu. Je pense qu’avant de partir pour le Dundee 2012, je vais également remplacer mes amortisseurs d’origine par des Ohlins courts, car lorsque que je suis chargée et en duo je n’arrive pas à avoir une assiette qui me convienne! En effet même en resserrant les amortisseurs, l’arrière de la moto est trop enfoncé! Après il faudra également penser sérieusement à la préparation du pilote!! Pour le moment je me réhabitue à la conduite dans les chemins en solo, puis je ferai la même chose en Duo. De toute façon j’ai l’intention de faire un stage avec JP Goy dont le centre n’est pas très loin de Lyon!

 

 

Presse : Quels furent les meilleurs moments ? 

Karyn : Chaque voyage ou chaque sortie, même d’un jour, est pour moi un moment magique, mais s’il fallait faire un classement, je dirais que prendre la route entre Zicavo et Aulène pour aller jusqu’aux aiguilles de Bavella en Corse, a été un moment particulier. En effet prendre pour la première fois une piste avec une 1200GS, dans un cadre aussi magnifique, a été un moment spécial et magique qui m’a convaincue encore plus que j’avais fait le bon choix de moto et qui renforçait mon envie de faire un vrai rallye avec ma GS! Pour ceux qui ne connaissent pas, une portion de la D69 n’est pas encore goudronnée, un enfer pour ceux qui n’ont pas de moto adaptée à ce revêtement surtout après une période de pluie torrentielle mais c’est un vrai bonheur pour les GSistes!

 

Presse : Les pires moments ?

Karyn : Il n’y a pas très longtemps nous avions décidé encore une fois de passer une semaine en Corse, c’était en novembre dernier (2011), et au fur et à mesure que nous nous rapprochions de Marseille, la pluie était de plus en plus intense, des trombes d’eau nous tombaient dessus, le vent latéral approchait les 100 km/h, nous étions chargés et en duo. Je n’en menais pas large mais nous avons poursuivi notre route jusqu’à Marseille pour prendre le bateau avec un mer déchainée!

 

Presse : Quel fut le plus bel endroit ?

Karyn : Je pense que les routes et gorges du Vercors et notamment la vallée de la Bourne, hors saison, sont une régions de France magnifique pour se balader en moto avec des panoramas grandioses!

 

Presse : Des pannes ? Des problèmes ?

Karyn : Pendant mes différents voyages je n’ai pas eu de problème particulier, à part des soucis de jauge d’essence, de fuite d’huile au niveau du joint de cache culbuteur et de liquide de refroidissement pour la F650GS!!

 

Presse : As tu des conseils pratiques à faire partager ? Un petit mot pour tes lecteurs ?

Karyn : Il y a quelques années je ne m’autorisais même pas le droit de rêver à piloter une 1200GS !! Tout simplement parce que dans ma tête et dans celle de la plupart des gens et de nombreux motards, cette moto est faite exclusivement pour les grands. Je ne savais pas qu’il existait un kit de surbaissement qui permettait aux “autres”, et notamment aux femmes, de pouvoir conduire cette moto !! J’aimerais rajouter que tout ceux qui pensent que le kit de surbaissement enlève tout l’intérêt, l’identité ou l’âme de cette moto se trompent totalement ; il n’est pas obligatoire d’être perché très haut pour apprécier la GS et pour envisager de faire du TT ! Certes dans cette configuration, il est plus délicat de passer à certains endroits et le pilote doit être encore plus vigilant, capable d’analyser très rapidement les difficultés mais ça n’enlève rien au plaisir et à l’envie de partir et d’emprunter tout type de routes !

 

Presse : Quels sont les projets futurs au guidon de ta GS ?

Karyn : Participer au Dundee en Novembre 2012!!!!!

 

Les commentaires sont fermés.