Le plus grand portail francophone de la communauté gs.

Astuces au féminin

Share

Qui a dit que moto rimait avec tenue difforme, cheveux gras ou ébouriffés, attitude de garçon manqué ?
Nul besoin de se transformer en MOTARD pour pratiquer la moto. Être belle à moto, c’est possible.

 

> > Vos cheveux :

Être motarde et garder son beau brushing n’est pas chose facile.
Après plusieurs heures sous le casque vos cheveux sont décoiffés, aplaties, ébouriffés, emmêles, ont tendance à graisser.. Il existe des petites astuces pour y remédier.

  • Un shampoing sec : Le fait de dégraisser votre casque à l’intérieur, à l’aide d’un shampoing sec, type Klorane, évite un cheveu graissant trop rapidement. Il suffit pour cela de saupoudrer un peu de shampoing dans le casque et de frictionner gentiment.

 

  • Le Sanitête : protection circulaire réalisée en « non tissé » souple et absorbant, cet article vous garantie la bonne hygiène de votre casque ainsi que des cheveux non gras. Jetable, il est universel et s’adapte à tous types de casques.

Site internet : Sanitête

 

  • Le Helmet Clover : protection pour intérieur de casque qui assurera l’hygiène de votre casque et de vos cheveux : absorbant, antistatique, il est aussi jetable, recyclable et biodégradable grâce à sa fabrication en fibre végétale (existe aussi en version papier).

En vente sur :

 

 

> > Hygiène intime:

Être une femme et parcourir des kilomètres sur sa moto, pendant les périodes menstruelles, peut s’avérer contraignant. Dans certains pays, les tampons n’existent pas, dans d’autres, il peut être difficile de se procurer serviettes hygiéniques et autres produits intimes.

La solution: la Coupelle Menstruelle, aussi appelée « Cup ».

 

 

En effet, ce petit accessoire en silicone médical présente bien des avantages :

  • Confortable : on ne la sent pas, elle est adaptée à toutes activités sportives
  • Économique : entre 15 € et 30 €
  • Petit format : transportez-la partout, elle reste extrêmement discrète dans sa petite pochette.
  • Sans fuite : il faut apprendre à la positionner, mais le coup est vite pris !
  • Convient à tous les flux : différentes tailles sont disponibles.
  • Utilisation facile : stérilisez votre Cup en la faisant bouillir dans de l’eau durant 5 min avant et après votre cycle. Durant le cycle, la rincer simplement à l’eau claire.
  • Ne laisse pas de fibres : contrairement aux tampons
  • A une durée de vie d’une dizaine d’années : imaginez-vous garder un même tampon 10 ans !
  • Respecte votre organisme : EXIT les infections et autres mycoses, ça change la vie !
  • Respecte l’environnement : pensez aux usines qui fabriquent les serviettes et tampons que vous utilisez régulièrement et qui une fois usagés, ne sont pas recyclables !

 

Mais alors, pourquoi ne connaît-on pas plus ce produit et pourquoi ne l’utilisons-nous pas ?

Très probablement car, premièrement, nous vivons dans une société de consommation en masse « j’utilise, je jette » sans vraiment se poser de questions ni se renseigner sur d’autres solutions souvent existantes.

 

Deuxièmement, car l’utilisation de la Cup rebute parfois certaines femmes : « Ça récupère le sang !? Et ensuite il faut la vider !? »

Et oui, c’est le prix à payer. En effet, la coupelle menstruelle se présente sous la forme d’un petit entonnoir étanche, que l’on insère dans le vagin. En fonction de votre flux, il faut penser à vider régulièrement ce petit récipient de son contenu – donc le sang de vos menstruations. La manipulation est parfois fastidieuse à vos débuts mais le coup vient rapidement : c’est une question de persévérance et d’entrainement. Ensuite il suffit de la rincer à l’eau entre chaque utilisation : une petite bouteille d’eau dans votre sac à main fera l’affaire et ne prendra pas trop de place – en cas d’oubli, essuyer avec un peu de papier toilette. Dans certains pays, en Asie par exemple, ceci ne sera même pas nécessaire puisque les toilettes sont tous équipés d’un tuyau d’eau. Pensez également à stériliser votre Cup en début et en fin de règles : faire bouillir 5 min dans de l’eau.

 

Alors, certes, c’est une manipulation différente de vos serviettes hygiéniques (qui collent bien aux fesses quand on est assise sur la moto, humm, ça vous rappelle des souvenirs, non ?) ou de vos tampons (qui déstabilisent votre flore vaginale et contiennent des substances toxiques), mais qui vaut bien le détour ! A un si petit prix, ça ne coûte pas grand chose d’essayer.

Et pour les discours du genre : « Beurk, c’est dégueu’ de vider son sang » il faut regarder les choses telles qu’elles sont : même avec un tampon ou une serviette, le sang reste visible : on le récupère différemment, voilà tout.

Posez-vous enfin la question suivante: n’est-ce pas plus « dégueu » que de jeter vos tampons et vos serviettes usagés et non recyclables à la poubelle ? Si l’on calcule le nombre de ces articles utilisés dans une vie de femme…

 

Un choix qui appartient à chacune d’entre nous évidemment ! Mais une solution pratique, légère et économique pour voyager!

Testée et approuvée !

 

→ Dans un style un peu similaire, les serviettes et protège-slips en coton, lavables qui peuvent servirent aux grandes baroudeuses récalcitrante à la Cup.

Inconvénient : laver après chaque utilisation avec un bon savon (au moins ça !)

 

Voici un site très complet qui vous présentera les différentes Cup existantes avec la particularité de chacune : EasyCup
Un conseil : certaines Cup existent en caoutchouc. Éviter ces modèles qui peuvent poser des problèmes hypoallergéniques.
Les modèles souvent recommandés par les utilisatrices : Meluna, Lunacup, Fleurcup, Mooncup, ladycup, Divacup…

 

Pensez aux lingettes qui vous seront d’une grande utilité dans toutes les situations : simplement se rafraîchir ou bien pour une pause pipi improvisée.

Laisser un commentaire